• FÉDÉRATION W-B

Le cri d'alerte de TV Lux




Mme Anne Laffut (MR). – La Fédération Wallonie-Bruxelles couvre aujourd’hui un réseau de douze médias de proximité. TV Lux est non seulement le deuxième média le plus connu auprès de sa population, mais également le seul à couvrir toute une province, soit 27 % du territoire francophone belge. Avec près de 102 000 téléspectateurs par semaine, TV Lux est un canal d’information et de lien social indispensable en province de Luxembourg. CRIc No82-Cult17 (2021-2022) ( 32 ) Malgré ces chiffres importants, notre média de proximité et ses trente salariés sont aujourd’hui menacés, faute de financement. En effet, notre télévision locale est confrontée, comme d’autres entreprises privées, à une indexation salariale importante et à une augmentation des coûts de l’énergie, notamment du carburant. Si l’intercommunale de financement pure de TV Lux ne prend pas la décision d’augmenter son intervention de 1,50 euro à 2,50 euros indexés pour l’année 2022, TV Lux terminera l’année avec un résultat du compte en négatif. Malheureusement, nous n’aurons pas d’informations concernant cette question avant la fin d’année. Madame la Ministre, avez-vous été sensibilisée au cri d’alerte, aux difficultés de TV Lux? Le cas échéant, comment envisagez-vous d’y répondre?


Mme Bénédicte Linard, vice-présidente du gouvernement et ministre de l’Enfance, de la Santé, de la Culture, des Médias et des Droits des femmes. – À ce stade, TV Lux n’a pas pris contact avec mon cabinet au sujet de son financement. Il est évident que la crise actuelle a une influence sur la situation financière des acteurs publics et privés; j’en ai pleinement conscience. Il me semble essentiel de rappeler que les médias de proximité font partie des acteurs médiatiques soutenus de manière constante et structurelle: ils bénéficient d’un subventionnement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui a été renforcé de 10 % depuis 2021, afin de permettre d’assurer leur transition digitale. Il s’agit d’un financement supplémentaire de plus d’un million d’euros pour le secteur. Ce subventionnement est en outre indexé annuellement et représente environ 14 millions d’euros. TV Lux, tout comme les autres médias de proximité, bénéficie donc d’ores et déjà d’un soutien financier important et donc majoré de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Vous connaissez également la situation financière de la Fédération WallonieBruxelles, qui est loin d’être réjouissante. Un subventionnement complémentaire pour les médias de proximité est difficile à mettre en œuvre dans ces conditions. Mon cabinet reste néanmoins disponible afin d’explorer des pistes de solution qui permettraient à TV Lux de gérer les défis de la crise de la manière la plus sereine possible.


Mme Anne Laffut (MR). – Je ne m’attendais pas à un financement complémentaire. Toutefois, il me semble judicieux de rappeler la situation de notre unique média de proximité en province de Luxembourg. Des efforts ont été faits. Néanmoins, la configuration de la province engendre des trajets très longs. D’autres provinces comptent parfois deux, trois voire plus de médias de proximité. Il me paraîtrait dès lors judicieux d’analyser le mécanisme et les critères de financement de ces derniers dans les années à venir. En effet, la province de Luxembourg est caractérisée par son étendue et sa faible densité de population. Il semble frustrant de se sentir pénalisé, alors que notre média est très utile.

65 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout