top of page
  • janssenscarole9

« LA POLLUTION PAR DE L’HUILE CONTAMINÉE AUX POLYCHLOROBIPHÉNYLES (PCB) DANS DES COURS D’EAU EN PROVINCE DE LUXEMBOURG »

Mme Laffut (MR). – Madame la Ministre, suite à un vol de cuivre sur un site d’Infrabel à Marbehan, le 8 février dernier, une pollution importante aux hydrocarbures contenant des PCB a été constatée sur la Mellier. Des échantillons ont été prélevés afin de déterminer l’état de la pollution et de préciser les mesures de prévention. Pour rappel, le site est proche d’un site Natura 2000 et d’une zone de captage. Il semblerait qu’aujourd’hui, vous ayez toutes les garanties sur le fait qu’il n’y ait pas d’incidence sur l’eau de distribution. Pouvez-vous confirmer cette information ?


Le 29 février, trois semaines après les faits, les agriculteurs riverains ont enfin reçu un courrier expliquant les mesures préventives à appliquer. Comment pouvez-vous expliquer ce délai dans la communication des règles de sécurité ?


Aujourd’hui, ils ne savent pas quand les analyses seront de retour et quand ils pourront ressortir leur cheptel. Contrairement à la pêche, pour laquelle l’interdiction a été décrétée, aucune information n’a été communiquée aux riverains tant au niveau du bien-être animal, de la biodiversité, de la sécurité alimentaire et de la santé. Les mesures prises – barrages absorbants et injonctions données à Infrabel de désigner une entreprise de dépollution – se sont révélées jusqu’ici compliquées, pour diverses raisons, en raison aussi de conditions climatiques difficiles. La pollution continue de s’étendre. Peut-on qualifier la situation de stable ? Quels ont été vos échanges avec la France et avec le ministre fédéral de la Mobilité ?


Nous savons qu’avant rejet, les eaux polluées ont pour partie emprunté les canalisations pluviales en passant par un bassin d’orage. L’étanchéité de celui-ci a-t-elle pu être contrôlée ?


De manière générale, vous indiquiez que votre administration suit la situation de près. On n’en doute absolument pas. Pourtant, en termes, de communications avec le citoyen – on est plus d’un mois après les faits –, on se rend compte que l’on pêche toujours. N’est-il pas temps de mettre en place une véritable stratégie, une chaîne de communication efficiente et rapide en termes d’alerte aux riverains et de tous les acteurs concernés en cas de pollution environnementale ? Il est essentiel de trouver une politique cohérente et efficace en la matière.




0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page