top of page
  • Photo du rédacteurPARLEMENT DE WALLONIE

La demande de main-d'œuvre en Flandre-Occidentale

Dernière mise à jour : 31 janv. 2023




  • Question écrite du 20/12/2022

    • de LAFFUT Anne

    • à MORREALE Christie, Ministre de l'Emploi, de la Formation, de la Santé, de l'Action sociale et de l'Economie sociale, de l'Egalité des chances et des Droits des femmes

Fin novembre, une élue flamande déclarait sur un plateau d'une chaîne télévisuelle francophone que la Flandre occidentale possédait le taux de postes vacants le plus élevé en Belgique. Or, cette province se trouve tout près du Hainaut, province avec le taux de chômage le plus élevé de Belgique. Pourtant, d'après cette députée, dans cette province de Flandre occidentale, il y a plus de travailleurs français que wallons. On voit dès lors que dans ce cas précis, le critère de la barrière de la langue ne peut être invoqué. Quelle est la réaction de Madame la Ministre face à ce constat d'une élue flamande ? Comment encourager les demandeurs d'emploi de traverser la frontière linguistique pour répondre à cette réelle demande de main-d'œuvre ?


  • Réponse du 16/01/2023

    • de MORREALE Christie

Plusieurs facteurs interviennent dans la dynamique de mobilité vers les postes de travail en Flandre. Citons l’accessibilité et les moyens de transport, les compétences portées, la connaissance de la langue ou encore la culture du voisin. Bien que pour les Français, il subsiste un léger avantage fiscal à travailler en Belgique, notons qu’il y a globalement plus de travailleurs wallons qui travaillent en Flandre que de travailleurs français. Le FOREm encourage régulièrement et à travers différentes actions la mise en relation des demandeurs d’emploi wallons avec les entreprises flamandes. Une équipe dédiée de conseillers en mobilité interrégionale soutient spécifiquement les démarches d’insertion en Flandre. Les conseillers en Mobilité aident les demandeurs d’emploi à déposer leur profil sur le site du VDAB (Mijn Loopbaan), préparent aux entretiens de sélection, mettent en relation avec les offres d’emploi, organisent des webinaires, des séances collectives sur un secteur, animent la Werkweek annuelle (une semaine pour faire un zoom sur les emplois disponibles en Flandre et les outils mis à disposition des demandeurs d’emploi wallons). Plus globalement, le FOREm met en visibilité des offres d’emploi du VDAB sur le site du FOREm, organise des jobdays spécifiques à l’attention d’une entreprise ou d’un secteur professionnel, propose des formules de stage en Flandre (IBO - équivalent PFI ou Beroepsinlevingsstage - équivalent CIP) en collaboration avec le VDAB ou encore propose des formules d’immersions en langue en entreprise en Flandre dans le cadre d’acculturation linguistique et d’insertion. Depuis peu, une prime de mobilité interrégionale permet même de soutenir une démarche d’insertion dans les métiers en pénurie, en cas de déplacement vers une autre région que son domicile (sur base d’un chômage de longue durée et d’un contrat de travail d'au moins trois mois). Enfin, il convient de relever que le constat accru des pénuries en cette période de reprise économique est partagé entre les différentes régions du pays et que nous sommes bien souvent sur les mêmes métiers recherchés. Rien ne garantit donc que la réserve de main-d’œuvre wallonne disponible et mobilisable puisse répondre aux besoins exprimés en Flandre.

8 vues0 commentaire

Comments


bottom of page