top of page
  • Photo du rédacteurPARLEMENT DE WALLONIE

L’avenir des postes de garde en zone rurale




  • Question écrite du 16/02/2023

    • de LAFFUT Anne

    • à MORREALE Christie, Ministre de l'Emploi, de la Formation, de la Santé, de l'Action sociale et de l'Economie sociale, de l'Egalité des chances et des Droits des femmes

Début de ce mois de février, le manque d'opérateurs téléphoniques pour garantir les appels 1733 en province de Luxembourg est venu raviver les inquiétudes quant au futur des postes de garde en zone rurale dont un des objectifs premiers était et reste d'y attirer - et d'y garder - des médecins généralistes par la diminution des gardes à assurer de nuit et de week-end. Pour l'arrondissement de Dinant et les provinces de Liège et de Luxembourg, le système actuel, qui repose sur le 1733, permet aux opérateurs de trier et d'aiguiller les patients, à raison d'un millier d'appels en moyenne sur 24h, évitant les engorgements des salles d'attente et permettant aux médecins d'exercer leur métier dans de bonnes conditions. Ce mode de fonctionnement sera-t-il encore possible dans le futur ? La crainte est en effet double dans le secteur, - de voir s'instaurer un modèle « à la flamande », qui n'instaure aucun tri préalable et est ouvert pour toute demande hors urgence vitale, quelle que soit la demande des patients (renouvellement d'ordonnance…) ; - de voir les financements actuels remis en cause et établis au prorata de la population, sans plus tenir compte de la spécificité des zones rurales faiblement peuplées. Madame la Ministre partage-t-elle ces craintes du secteur ? Compte-t-elle défendre la spécificité des postes de garde wallons en CIM ?

  • Réponse du 16/03/2023

    • de MORREALE Christie

Si l’organisation du service de garde dépend bien des cercles de médecine générale, la gestion effective des postes de garde ne relève pas des compétences de la Wallonie, mais bien de l’INAMI. Les questions que l’honorable membre évoque concernant l’organisation et le subventionnement des postes de garde, notamment en zones rurales, sont légitimes et ont un impact bien réel en ce qui concerne la pratique de la médecine générale. Je ne manquerai pas de rester attentive aux craintes des acteurs wallons et le cas échéant, d’intervenir auprès de mon homologue du Gouvernement fédéral à ce sujet et lui suggère de transmettre son interpellation à un député fédéral qui relayera sa question.

7 vues0 commentaire

Comments


bottom of page